Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AU PAYS DU SOLEIL LEVANT "SAISON 3" DE OSAKA A KUSHIRO (HOKKAÏDO)

par Joël MARC 9 Décembre 2018, 10:43 Jade japon saison 3 de Osaka à Kushiro (Hokkaïdo)

de Osaka à Kushiro (Hokkaïdo)

de Osaka à Kushiro (Hokkaïdo)

 

                                                 DEPART D'OSAKA

 

Jade avait passé l'hiver dans d'excellentes conditions, bien abritée dans la petite marina de Tannowa.

Tannowa est une petite ville de pêcheurs, bien calme, située dans le Sud de l'immense ville d'Osaka, à une portée de fusil de l'aéroport de Kansaï.

J'embarque à la mi-avril précédé de quelques jours par Claude, exceptionnel second, vieil ami navigateur de Nouméa, et Terry lui aussi un exceptionnel "engineer" et ami Kiwi. Tous deux seront du voyage jusqu'à Hokkaïdo.

En attendant il nous faut sortir Jade pour son grand carénage dans le gigantesque port d'Osaka.

Je vous passe les détails techniques. Tout se déroule très bien entre les mains de grands professionnels Japonais, on ne peut plus perfectionnistes.

Parfois on râle sur la lenteur. Par exemple il faut une matinée entière pour sortir le bateau de l'eau ou l'y remettre quand à Gulf Harbour, en Nouvelle Zélande, il nous fallait une demi-heure. C'est étonnant de voir comment ce grand pays moderne a parfois des retards inexplicables dans certains domaines. Je n'ai pas vu en 18 mois un seul travel-lift capable de sortir Jade de son élément.

Mais au bout du compte le bateau sort de chantier comme neuf. Mais la facture est très salée!!

Quelques jours plus tard Benoît, notre fils cadet nous arrive de Paris et Dominique, sa mère, mon équipière depuis 40 ans, de Nouméa.

Nous voilà presque au complet pour ce convoyage de 1000 milles vers le froid des confins de l'Arctique. Kondo san, mon meilleur ami Japonais, habitué de Jade, malade, se désiste et me recommande Kakiara san un grand gaillard très costaud ancien ingénieur naval que je connais depuis longtemps.

J'organise une fête mémorable à bord pour tous ces amis Japonais d'Osaka qui nous ont accueillis et aidés pendant cette longue escale de 18 mois au Pays du Soleil Levant.

Petit clin d'oeil : au cours de cette fête deux copains, dont l'ancien commodore du Yacht Club de Tannowa, se chamaillent pour trouver le sens des légendes écrites en Japonais ancien sur une très belle estampe représentant une Geisha se préparant pour un concours d'élégance. C'est très drôle car manifestement ils ne sont pas d'accord ce qui me rassure quelque peu, moi qui trouve cette langue si étrange et compliquée.

Sayonara tomodachi !

 

 

Grand carénage dans le port d'Osaka
Grand carénage dans le port d'Osaka
Grand carénage dans le port d'Osaka
Grand carénage dans le port d'Osaka
Grand carénage dans le port d'Osaka
Grand carénage dans le port d'Osaka
Grand carénage dans le port d'Osaka
Grand carénage dans le port d'Osaka

Grand carénage dans le port d'Osaka

Kakiara san et Terry. Benoît vient de Paris pour rejoindre Jade.
Kakiara san et Terry. Benoît vient de Paris pour rejoindre Jade.

Kakiara san et Terry. Benoît vient de Paris pour rejoindre Jade.

L'estampe mystérieuse!
L'estampe mystérieuse!

L'estampe mystérieuse!

Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.
Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.
Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.
Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.
Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.
Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.
Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.

Fête à Tannowa pour le départ. Le Harbour Master nous salue depuis sa maison flottante. La pollution des bateaux de pêche.

                                  DE OSAKA A KUSHIRO (HOKKAÏDO)

 

Nous quittons Osaka début Mai 2017 et faisons en sens inverse jusqu'à Sendaï la route déjà empruntée en fin d'année dernière.

Escales devenues classiques pour nous: Wakayama d'abord avec une visite de Koya San pour ceux qui ne connaissent pas. Puis Kushimoto pour la nuit , Kii Katsuura et ses environs magnifiques. Nous avons la chance d'assister à un mariage traditionnel Shinto particulièrement esthétique au Sanctuaire de  Nachi Taisha.       

Puis nous stoppons de nouveau à Toba et Ise .

Nouveauté sur ce parcours, nous faisons une longue escale à Miura Mizaki, ce port bien abrité dont l'accès en plein coup de vent m'avait été interdit par les autorités l'an dernier. Cette fois-ci j'ai l'autorisation d'entrer dans ce port fermé très pratique car, situé au Sud de Tokyo, il permet en un rien de temps par le train d'accéder à deux villes extraordinaires: Yokohama et Tokyo (en fait une conurbation gigantesque de quelque 40 millions d'habitants, la plus importante au monde).

Le port lui-même est agréable et bien abrité.

Nous visitons Yoyohama avec un ami de Kakiara san ancien officier de marine et commandant du navire école japonais.

La ville est très belle et surtout ouverte depuis longtemps vers l'extérieur.

Tokyo est indescriptible et nécessiterait de longs mois de séjour pour pouvoir en parler sérieusement.

Nous nous contenterons de visiter le Centre et certains quartiers touristiques mais c'est surtout le plus grand marché de poissons au monde qui nous attire et nous ne sommes pas déçus: la criée commence à 5 heures du matin et des quantités incroyables de poissons changent de mains, certains thons obèses atteignent des prix faramineux. Les étals sont surchargés de fruits de mer souvent inconnus de nous. Autour du marché de petits restaurants sympathiques permettent de déguster des sushis, tempuras et autres sashimis.

Je suis fasciné par les deux coutelleries et nous succombons bien entendu à la tentation d'acheter des couteaux à filets gravés à nos initiales. Certaines lames sont guillochées et les prix peuvent dépasser les 300000 yens (3000euros).

Mariage traditionnel Shinto.
Mariage traditionnel Shinto.
Mariage traditionnel Shinto.

Mariage traditionnel Shinto.

Miura Mizaki
Miura Mizaki
Miura Mizaki

Miura Mizaki

Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.
Images de Yokohama. Le navire école Japonais.

Images de Yokohama. Le navire école Japonais.

Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .
Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .

Images de Tokyo, le célèbre carrefour central, la tour, les immeubles modernes et le Palais Impérial, le marché aux poissons et ses boutiques .

Nous quittons Miura Mizaki pour Sendaï loin vers le Nord de Honshu, ville martyre du grand Tsunami de 2011.

La côte est rectiligne, basse, sablonneuse et sans aucun abri pour Jade.

Sur notre route nous passons à la hauteur de la centrale nucléaire de Fukushima. Je ne peux résister à l'envie de m'en approcher pour voir un peu à quoi elle ressemble. Ca y est la voilà! Elle semble intacte, comme neuve. Nous en sommes à peine à un demi mille, mais voilà qu'en avançant apparaît une deuxième centrale identique, sauf que celle là c'est la bonne: je reconnais les deux bâtiments au toit soufflé par l'explosion que j'avais vus, rempli d'effroi, en direct à la télévision 6 ans plus tôt. De nombreuses grues travaillent sans doute à noyer toute cette horreur sous du béton. Ca fait franchement peur mais le plus surprenant c'est que personne ne vient nous chasser vers le large. Nous restons un bon moment à contempler ce désastre non seulement japonais mais mondial. Et surtout nous réalisons que à très peu de distance une centrale identique intacte est là sur le rivage : comment peut-on admettre que des gens intelligents ont eu la folie de construire ces centrales (il y en a partout au Japon qui n'a pas une goutte de pétrole) si près du rivage alors que des collines élevées sont toutes proches? Comme pour conjurer le sort en repartant nous tombons au large sur d'énormes éoliennes.

Nous arrivons à  Sendaï pour une belle escale à nouveau et puis nous filons directement sur Kushiro , une traversée de 360 milles avalée en deux jours et deux nuits sans difficulté particulière.

Ce n'est pas Fukushima mais ça y ressemble! Juste à quelques milles au Sud.

Ce n'est pas Fukushima mais ça y ressemble! Juste à quelques milles au Sud.

Centrale de Fukushima.
Centrale de Fukushima.

Centrale de Fukushima.

AU PAYS DU SOLEIL LEVANT "SAISON 3" DE OSAKA A KUSHIRO (HOKKAÏDO)

      

 

                   Kushiro (Hokkaïdo) fin Mai 2017

 

Jade avait donc tranquillement remonté la côte Pacifique de Honshu puis traversé sur Kushiro durant le mois de Mai, au sortir de son grand carénage à Osaka.

L'occasion de visiter la grande Île d'Hokkaïdo tout au Nord de cet Archipel Japonais qui s'étend sur 1600 milles entre 24°50N et 44°30 N.

Le climat ici est froid et la température de l'eau de mer est descendue brutalement  de 18° à 8° entre Sendaï et Kushiro.

Ce n'était qu'un début et une bonne occasion pour nous préparer au pire!

Kushiro se situe à peu de distance de la frontière russe, escale incontournable pour qui veut s'élancer vers le Kamchatka.

Nous y sommes accueillis chaleureusement par Shigemi Seki, lui-même plaisancier, qui se fait une joie de recevoir les quelques bateaux qui se présentent, comme nous, en Mai chaque année.

Il est très efficace et sans lui nous n'aurions pu faire aussi rapidement nos avitaillements et les formalités de sortie.

Il a la particularité d'être né dans l'Île de Sakhaline, Île Russe occupée pendant longtemps par les Japonais qui en ont été chassés à la fin de la deuxième Guerre mondiale.

Il est également métis Aïnou ce qui nous amène à découvrir un pan entier de l'histoire de Hokkaïdo et du Japon en général.

Il est clair que le peuplement originel de ces îles (tout comme les îles Kouriles , la péninsule du Kamchatka et plus loin les Aléoutiennes) est le fait de peuples venus de Sibérie et de l'Est Asiatique.

Nous retrouverons beaucoup de points communs à ces gens rencontrés sur notre route et plus à l'est vers l'Alaska et le nord Canada.

Les rapports entre les Japonais et leurs voisins n'ont jamais été très sereins et d'ailleurs leur angoisse, aujourd'hui au paroxysme, explique certainement en partie leur attitude envers les plaisanciers étrangers, cette peur perpétuelle de l'envahisseur!

Ici on est au contact même de la Russie : à la fin de la période Meiji  le Japon avait pris possession de l'Île de Sakhaline au Nord et des îles Kouriles à l'est. Plus de 400000 Japonais y habitaient.  A la fin de la guerre la Russie reprenait possession de ses territoires et en chassait les Japonais qui revendiquent toujours les deux premières îles de la chaîne des Kouriles.

Du coup les Russes y exercent une surveillance très stricte.

Hokkaïdo est une très grande île, peu peuplée, contrastant totalement avec le reste du Japon: ici la vue porte au loin et les grandes terres agricoles sont riches fournissant Tokyo et Osaka en légumes, fruits et viande bovine. On peut même y voir des vaches dans des champs... Vrai de vrai!

Nous louons une voiture et parcourons surtout la région d'Akan et le Shiretoko classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Il y a de la neige partout en cette fin de printemps. Mais les volcans fument.

Nous visitons aussi le Sud Ouest et ses innombrables volcans et sources thermales : onsen obligatoire tous les soirs, l'eau très chaude sent le souffre.

 

Seki san

Seki san

Sculpture Aïnou.

Sculpture Aïnou.

Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)
Hokkaïdo (partie Est)

Hokkaïdo (partie Est)

 

 

De retour à Kushiro nous préparons Jade pour une traversée de 1000 milles jusqu'à Petropavlovsk- Kamchatski.

Le bateau est à quai dans une rivière au pied d'un grand bâtiment moderne, le MOO Center reconnaissable entre tous en plein centre ville.

Il s'agit d'un grand mall assez pratique pour nous (bus, taxis, commerces, restaurants). Dans son prolongement une gigantesque verrière abrite une serre remplie d'arbres et de fleurs à l'abri du froid polaire et de la neige hivernale.

Il faut être prudent car la rivière est en fait un bras de mer sujet aux marées, et  un important trafic de bateaux rapides crée un ressac désagréable obligeant à installer d'énormes défenses généreusement prêtées par Seki san.

Seki nous organise les pleins de fuel hors taxes, d'eau et de vivres.

Avec lui les formalités prennent quelques minutes à peine.     

 A notre bord: changement d'équipage, Benoit, Terry et Kakihara san regagnent leurs pénates, tandis qu'embarquent Laurent et Gaël, deux jeunes calédoniens arrivés tout droit de Nouméa par l'avion de Tokyo.

J'ai une excellente météo sur le trajet mais il faut partir très vite car une  dépression pourrait nous rattraper .

On quitte donc Seki et le Japon après 18 mois passés dans l'Empire du Soleil Levant.

Le Japon: un grand pays, pétri d'histoire. Une grande culture.

Dans ma mémoire  je revois des jardins admirables, indescriptibles de beauté pour certains, des Temples par centaines tous plus raffinés les uns que les autres, une architecture classique et moderne à la fois, des gens calmes et amicaux, une gastronomie si variée et succulente qu'elle est devenue mondialement connue, une littérature, un théâtre, ces bains brûlants où l'on se retrouve dans le plus simple appareil seuls européens au milieu du peuple le plus propre du monde.

Et puis des côtés moins sympathiques: ce béton omniprésent, cette volonté millénaire de dompter à tout prix la nature jusqu'à canaliser le moindre cours d'eau, ces horribles Pachinko aux sons assourdissants où des centaines d'individus, cigarette au bec, passent leurs journées sur des bandits manchots.

Ces armadas de bateaux de pêche crachant leur fumée noire au point d'assombrir des étendues immenses d'eau verdâtre. La côte bétonnée débordée au large par d'innombrables fermes aquacoles rendant la navigation de nuit très dangereuse.

Enfin cette impression de ne jamais être vraiment libre à bord de son propre bateau, épié en permanence par des Coast Guards parfois agressifs pour des détails totalement incompréhensibles pour un Occidental. Je croyais à Cuba avoir connu le comble de la paperasserie: les Japonais sont là champions du monde sans contestation possible.

Quant aux installations techniques pour la plaisance, rien à espérer pour un bateau de la taille et de la sophistication de Jade. Il vaut mieux un bateau de taille moyenne ou petite, le bateau japonais ne dépassant pas en général les 10m.

Ma conclusion pour réussir une croisière au Japon: faire de grandes étapes car de toute façon il n'y a pas grand chose à voir d'exceptionnel en mer (sauf dans le sud) et tout mouillage est interdit. Autant donc choisir un port accueillant et y séjourner longuement  pour rayonner dans la région en louant un voiture. Car la découverte terrestre du Japon est simple et passionnante, aucun problème administratif ne vient alors troubler le voyage.

Du coup en réduisant les escales on réduit d'autant l'intervention des autorités et on évite les désagréments cités plus haut.

Ce serait dommage de passer à côté d'un tel Pays !!

 

KUSHIRO
KUSHIRO
KUSHIRO
KUSHIRO
KUSHIRO

KUSHIRO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page