Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA CROISIERE BLANCHE: ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA

par Joël MARC 10 Décembre 2018, 16:14

LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA

                                         Kouriles 

                                        juin 2017

 

Quittant le Japon à Kushiro (Hokkaïdo) la consigne impérative est de rester à plus de 12 milles des côtes russes.

Un bon ami chinois en a fait l'amère expérience. Tirant des bords dans l'étroit détroit entre Hokkaïdo et la première des Kouriles, un courant contraire le fait dériver vers la Russie: interception musclée et en garde à vue pour 72 heures. Inutile donc de faire le malin jusqu'à Petropavlovsk.

 

Russie mode d'emploi

S'arrêter aux Îles Kouriles n'est autorisé qu'après être allé à Sakhaline remplir des formalités et embarquer un pilote, autant dire ça prend du temps et coûte une fortune. Mais c'est un regret pour nous tous car ce que nous en avons entrevu est époustouflant.

Quant à la Russie et au Kamchatka en particulier, y aller est un peu compliqué: pour commencer il faut être invité... Je vois d'ici votre interrogation légitime. Hé bien il y a des gens en Russie spécialisés dans l' "invitation". Ca va de 100 euros à 20 euros par personne.

100 euros c'est le premier que j'ai contacté à Petropavlovsk, un agent spécialisé dans l'accueil des bateaux de croisières, pas vraiment recommandable.

20 Euros c'est une charmante française installée à Moscou dont la société (Est'Capade, info@estcapade.com) propose ce service.

Muni de l'invitation on peut ensuite  faire sa demande de visa auprès d'une ambassade/consulat Russe. En ce qui me concerne j'ai fait appel à une autre charmante française basée à Strasbourg (Valérie Nadeau, info@sejours-russie.com)  à qui j'ai adressé depuis Nouméa par courrier express nos 5 passeports et qui a réglé le problème en moins de 10 jours.

La durée du visa touristique ne dure qu'un mois. Il doit être obtenu au moins trois mois avant le départ prévu. Il en coûte 95 euros par personne ou 89 pour un groupe de 5 ou 6 personnes.

Il faut par ailleurs disposer d'une assurance assistance-rapatriement valable en Russie (carte Visa Premier par exemple) et puis remplir sur internet un long formulaire du Ministère des Affaires étrangères Russe (visa.kdmid.ru/PetitionChoice.aspx) à imprimer, signer + photo d'identité.

Moins compliqué qu'il n'y parait.

Sur place à Petropavlovsk j'étais en relation avec un agent (Serguey Frolov, Pacific Arctic Network) manifestement très intéressé par l'argent mais à mon avis difficile à contourner car je me demande encore comment on peut y séjourner sans avoir un contact professionnel compétent sur place.

 

Cette traversée de 900 milles environ s'est déroulée comme prévu: dans la purée de pois! Un brouillard à couper au couteau d'un bout à l'autre, c'est la règle!

Sauf que par deux fois le voile s'est déchiré offrant à notre vue le plus beau spectacle du monde: des volcans ahurissants de beauté dans leur silhouette parfaite, des cônes élancés vers le ciel et d'une blancheur immaculée.

La mer était parfaitement lisse et par chance nous avions alors croisé deux bateaux-usine russes qui donnaient l'échelle.

Un de mes amis, revu récemment à Nouméa, nous avait précédé mais en sens inverse, Erwan Le Gall du voilier Maewan. Il m'a raconté y avoir relâché pour "raisons techniques" et en avoir profité pour assouvir sa passion pour la glisse extrême dévalant en surf les pentes glacées des volcans, seul au monde. Une grande choc esthétique .

 

Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!
Kouriles:  quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!

Kouriles: quand le brouillard se déchire tout est possible, y compris le bain de soleil!

 

                               PETROPAVLOVSK-KAMACHATSKI

En un peu moins de 5 jours, nous atterrissons de nuit sur le chenal d'entrée à Petropavlovsk-Kamchatski. Malgré les sollicitations insistantes de Serguey je ne prends pas de pilote car la route jusqu'au mouillage de quarantaine me parait simple. Seule inquiétude: s'agissant d'une importante base navale, je ne voudrais pas risquer de faire une mauvaise manoeuvre en plein chenal. J'avais pris la précaution d'avertir les autorités par VHF et leur anglais (contrairement aux affirmations de Serguey) était parfait.

Nous avions rendez vous le lendemain à 9 heures au quai des paquebots, zone sous douane. 

On nous avait auparavant affecté une aire de mouillage au milieu de bateaux militaires et d'un énorme brise-glace.

Au lever du soleil on découvre une baie immense dominée par de grands volcans enneigés.

A terre on distingue une ville dont certaines maisons anciennes sont très colorées mais où les austères barres d' immeubles de l'ère soviétique dominent.

Les dômes dorés à la feuille des églises orthodoxes égayent ce paysage . Les grues du port de couleurs vives et un vieux cargo rouillé complètent notre tableau.

A quai nous sommes accueillis par des autorités assez sympathiques amenées sur place par notre agent: c'est le seul côté très positif du système, les formalités durent une demi-heure (quand celles d'Erwan lui avaient pris 3 jours). Mais c'est cher!!

Nous sommes en fait dans la zone sous douane d'un port de commerce. Nous apprendrons par la suite que les navires de plaisance de passage se comptent sur les doigts d'une demi-main et encore les bonnes années. En fait en dehors de rares paquebots, il n'y a pas de bateaux étrangers à venir ici d'où un manque total d'organisation.

Nous mouillons très long (120m) à la verticale du grand quai, à distance du béton car nous verrons très vite que la brise thermique de 20nds soulève un ressac horrible et dangereux nous obligeant à prolonger notre passerelle par une planche de bois.

Nous disposons d'eau et d'électricité après des branchements à la   Mc Giver.

 

 

Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.
Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.

Arrivée à Petropavlovsk. Le ressac le long du quai est infernal.

                                       

                                                           

                                            PAVEL KALMIKOV

 

D'emblée une aventure assez drôle nous arrive.

L'agent nous avait bien dit qu'il était hors de question d'avoir le moindre contact avec qui que ce soit venu de l'extérieur ou du port lui-même.

A peine installés, je vois s'encadrer dans la porte du carré la silhouette d'une homme blond. Il est sur le quai et me fait signe. Immédiatement je songe à mon contact ici, Pavel Kalmikov, le seul oncologue du Kamchatka et accessoirement spécialiste de La Pérouse. Que faire?  Dominique me fait signe de ne pas l'autoriser à monter à bord, mais je ne peux m'y résoudre, après tout il est chez lui, il doit savoir...

Bref nous tombons dans les bras l'un de l'autre et échangeons nos cadeaux: moi le dernier ouvrage sur La Pérouse dédicacé par le président du Musée Maritime de Nouméa, Gilbert Castet, lui un recueil de poèmes illustrés pour enfants qu'il vient juste d'éditer.

A ce moment, toujours dans l'encadrement du carré,  je vois une troupe de gens dont certains en uniforme qui courent vers nous: nous sommes faits. Je pousse Pavel brutalement sur le quai mais c'est trop tard. Le pauvre se prend une volée de bois vert et je vois le moment où il se retrouve menotté. Il faut dire que ne pouvant franchir la barrière d'entrée fortement gardée il n'avait rien trouvé de mieux que d'escalader le haut grillage qui empêche théoriquement l'accès côté mer...

Nous aussi en prenons pour notre grade bien sûr et nous comprenons qu'il n'est plus question de rigoler avec le règlement.

Pavel Kalmikov

Pavel Kalmikov

                                                   PETROPAVLOVSK 

 

Quelques minutes plus tard c'est mon autre contact sur place, Yuri, qui m'appelle et que nous rejoignons dehors cette fois-ci.

Yuri est un ancien officier de sous-marin soviétique. Il me tardait de voir sa tête: pas déçu! Un géant costaud, crinière tirée en queue de cheval, complet treillis de camouflage, une tête de mort brodée sur l'épaule gauche. J'apprendrai plus tard qu'il est ici le Grand Frère des Frères de la Côte du Kamchatka!!!

Il nous embarque pour une balade dans sa voiture en compagnie d'un ami, lui aussi sous-marinier.

Pas mal de circulation, coups de klaxon, on roule assez vite, le Japon est bien loin, on se croirait presque chez nous!. Oui, mais toutes les voitures sont... japonaises et le volant à droite quand ici on roule comme en France. Ca promet!!!

Moscou est à 10000 km quand Kushiro n'en est qu'à 1800.. Simple à comprendre.

Avec lui nous visitons la ville et surtout les magnifiques supermarchés où les victuailles abondent, on n'est pas vraiment dans un pays pauvre. Le plus surprenant c'est les nombreux marchés aux   poissons : les étals débordent de toutes sortes de fruits de mer, surtout des filets et oeufs de poisson fumés. Les oeufs de saumons sont petits, agglutinés, absolument délicieux, ils portent le nom de "caviar rouge". Les filets de saumon rouge vif (sockeye ou red salmon) sont à tomber par terre: la peau, très résistante, sert d'appui à la lame et on découpe délicatement de minces tranches posées sur des toasts, beurre et citron...

Dans la foulée on fête notre arrivée par une vraie cérémonie de vodka glacée servie dans une carafe. A chaque tournée, accompagnée de délicieux canapés au saumon fumé,  un petit discours, des paroles amicales.

Retour au bateau bien fatigués, mais Yuri le géant reste très digne.

Il nous confie à une amie qui dirige une petite société de tourisme local et ce sera pour nous une bénédiction car de ce moment nous n'avons cessé de nous émerveiller.

En ville nous allons méditer sur le monument à La Pérouse. En septembre 1787 il faisait escale à Petropavlovsk en provenance de la Mer du Japon et des îles Kouriles. Il confiait alors au jeune Barthélémy de Lesseps  le soin de ramener à Paris les documents amassés durant la première partie de l'expédition de découverte. Une année entière pour atteindre Versailles principalement en traîneaux à chiens. Aujourd'hui encore aucune route ne relie la Péninsule du Kamchatka à la Russie continentale.

Lui faisant face: le monument à Vitus Bering qui fonda la ville en 1740.

Et puis nous visitons la grande et belle cathédrale orthodoxe. Sous la coupole richement ornée, le son atténué de chants polyphoniques, d'une douceur infinie, nous parvient de partout sans qu'on puisse en deviner la source. Figés devant les icônes dorées nous nous laissons aller à la méditation. Un grand moment. Nous découvrons s'il le fallait que les russes sont mélomanes et très pratiquants.

 

La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.
La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.
La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.
La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.
La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.
La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.
La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.
La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.

La Pérouse et Vitus Bering voisinnent à Petropavlovsk. La magnifique cathédrale orthodoxe.

 

                                              LE KAMCHATKA

Mais c'est encore les excursions loin de la ville qui nous enthousiasment le plus: après des kilomètres parcourus en véhicule tout terrain sur une mauvaise route bordée de petites datchas, nous voilà entraînés sur des snowmobiles pour des heures d'aventure en terrain absolument vierge: les immenses volcans nous dominent, les plaines gelées nous font pénétrer loin à l'intérieur, la vue porte à l'infini, l'air sec et glacé est absolument limpide.

Certains s'essaient au surf d'autres au ski. L'état de la neige est excellent en cette fin de printemps.

Une autre destination nous emmène au bord d'un torrent rapide, mais des résurgences thermales brûlantes permettent alors de se baigner au milieu des sommets enneigés!

Ailleurs c'est la rencontre avec des Koriaks, une ethnie indigène du Kamchatka, proche des Aléoutes et des Tchouktches que nous retrouverons plus loin.

Mushers par tradition, ils élèvent des chiens de traîneau et nous en font la démonstration.

Quand on parle avec les Russes de leur vie et de la situation politique ils sont unanimes pour rejeter l'épisode de la Perestroïka (fin des années 80) qui a précipité la Russie dans l'anarchie, la dérive mafieuse, la misère et la perte d'influence internationale.

A Petropavlovsk on a fui la ville trop chère pour loger dans de très modestes datchas où il était possible de survivre en autosuffisance.

Ils semblent majoritaires pour approuver l'action de Poutine qui a rendu à la Russie sa grandeur et son poids sur la scène internationale, mais notre Yuri sous-marinier, lui, est nostalgique de la période soviétique sans doute parce qu'alors  l'armée était toute puissante... Curieusement le maire de Petropavlovsk est le dernier maire communiste d'une grande ville Russe!

 

LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA
LA CROISIERE BLANCHE:  ÎLES KOURILES ET KAMCHATKA

                                          DEPART PRECOCE

 

Nous serions bien restés plus longtemps tant le pays est insolite, beau, les gens accueillants et cultivés, bons vivants, la nourriture excellente, mais le mouillage est décidément trop mauvais. Un soir notre ancre chasse, je maintiens le bateau au moteur mais nous devons mouiller de nouveau. Le ressac est très fort sur le quai, impossible malgré des heures de négociations de bouger vers un endroit plus abrité.

Pendant ce séjour je n'ai malheureusement pu rencontrer Laurent "le français" qui reçoit des touristes ici depuis une vingtaine d'années. Il était absent. Peut-être par son intermédiaire aurais-je eu plus de succès. Impossible à dire. Son adresse: laurent.kam@gmail.com. Qui sait?

Dommage, nous quittons Petropavlovsk à regret, accompagnés par nos amis russes. Pavel photographie Jade sur fond de volcan.

En route pour une courte traversée d'à peine 500 milles vers la première des Aléoutiennes.

 

KAMCHATKA

Péninsule de 472000 km2 peuplée de 330000 habitants, située en Extrême Orient russe dont la capitale Petropavlovsk-Kamchatski abrite les 2/3 de la population totale. Autrement dit un désert glacé à 10000 km de Moscou desservi uniquement par voie aérienne ou maritime.

De très nombreux volcans dont certains actifs font partie du Patrimoine mondial de l'Unesco. Le plus haut frôle les 5000m. C'est vraiment le pays des volcans.

La principale ressource est la pêche, avec la sylviculture et une industrie touristique débutante .

La situation stratégique du pays, au Nord de l'Océan Pacifique, en fait aussi une très importante région militaire.  

 

Jade quittant Petropavlovsk (Pavel Kalmikov). Dernières visions du Kamchatka en route pour Attu (Aléoutiennes)
Jade quittant Petropavlovsk (Pavel Kalmikov). Dernières visions du Kamchatka en route pour Attu (Aléoutiennes)
Jade quittant Petropavlovsk (Pavel Kalmikov). Dernières visions du Kamchatka en route pour Attu (Aléoutiennes)
Jade quittant Petropavlovsk (Pavel Kalmikov). Dernières visions du Kamchatka en route pour Attu (Aléoutiennes)

Jade quittant Petropavlovsk (Pavel Kalmikov). Dernières visions du Kamchatka en route pour Attu (Aléoutiennes)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Muller Franz 20/04/2019 12:50

Magnifique voyage. Vous donnez même nombre de renseignements sur les contacts éventuels pour organiser son voyage spécial Kamchatka .
C'est un plaisir de lire tous vos articles.
F Muller

Barnaud H&R 23/02/2019 09:25

Quelle aventure ce passage russe! cet article est très intéressant, on se régale à te lire. Bises. A bientôt, Hélène et Rémi

Joel 30/01/2019 19:25

Tout comme l’existence des lois terrestres, il y en a également sur les océans ainsi que les différents traités entre les différents pays existants. En sus de cela, la Russie est un pays qui ne cesse de renforcer ses systèmes de sécurité.

Haut de page