Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NOUVELLE ZELANDE 2013/2015

par Joël MARC 22 Novembre 2018, 15:17 Jade en Nouvelle Zélande

De la voile au moteur , mes deux derniers voiliers Savannah et Marianne.

Savannah Garcia 55' dériveur alu (1992-2005) ici à Port Charcot Anatarctique 2000

Savannah Garcia 55' dériveur alu (1992-2005) ici à Port Charcot Anatarctique 2000

Marianne Amel 54' (2005-2015) photographiée ici à Tahaa (Polynésie Française en 2011) et en Alaska (2011)
Marianne Amel 54' (2005-2015) photographiée ici à Tahaa (Polynésie Française en 2011) et en Alaska (2011)

Marianne Amel 54' (2005-2015) photographiée ici à Tahaa (Polynésie Française en 2011) et en Alaska (2011)

COMMENT ON PASSE DE LA VOILE AU MOTEUR

On m'a fait beaucoup de reproches il y a 10 ans lorsque j'ai vendu Savannah , mon cher voilier de 55 pieds signé Garcia, pour acheter un Amel de 54 pieds.

Les amis me regardaient avec un sourire en coin qui en disait long: "alors ça y est , on va naviguer en pantoufles! Tu vas avoir mal au bout des doigts à force d'appuyer sur des boutons". Non seulement je n'ai pas regretté mais j'ai pu constater après 60 000 milles qu'il s'agissait aussi d'un excellent voilier et qui n'a pas vieilli d'un poil après neuf ans de navigation. Mais le jour où j'ai annoncé  "ça y est, j'ai viré ma cuti, je passe au moteur", ce fut la stupéfaction. L'idée m'avait déjà « chatouillé » au début des années 90 quand j' avais tourné autour de Zopilot, le Deltamarine de 70' accosté au quai de Nouméa.

 Et puis en 2003 lors d’une escale à Newport sur la côte est des Etats-Unis.

J'avais rencontré Dave Balfour le distributeur des trawlers Nordhavn qui souhaitait nous vendre le tout nouveau 55 pieds. Mon épouse Dominique était conquise. Ce bateau faisait vraiment rêver par son allure virile et ses magnifiques aménagements intérieurs, mais de mon côté je ne me sentais pas encore prêt. Il a donc fallu une décennie supplémentaire pour que je franchisse le pas ! Ce délai fut profitable car le monde du trawler s’est transformé entre temps. Le Nordhavn 55 a eu le temps d’évoluer. La surface réduite de son cockpit notamment a été corrigée sur le 60 pieds, nouveau modèle qui n'est autre qu’une version rallongée du 55. C'était d'ailleurs notre choix avant que nous tombions à Auckland sur un splendide Selene 66 d'un très beau vert anglais .

Ce fut le coup de foudre, bien que la taille de ce bateau dépassât nos rêves les plus fous. Grâce aux  nombreuses relations que j'ai nouées dans le milieu de la grande plaisance en Nouvelle Zélande, nous avons rapidement pu faire expertiser le bateau dans les moindres détails par les meilleurs professionnels (structure, coque, motorisation, électronique, électricité, aménagements intérieurs)… Le moteur comptait à peine 450 heures et l'ensemble avait l'aspect du neuf. Rien qu'en pénétrant dans le carré l'odeur délicate du cuir venait vous chatouiller les narines . Le 10 Juin 2013 nous devenons propriétaires de  Jade et après de longues concertations nous décidons d'un programme de navigation pour au moins les cinq années à venir.

J'avais à peine achevé un an plus tôt une immense boucle du Pacifique à la voile : Japon, Alaska, Colombie Britannique, Basse Californie, Marquises, Polynésie et enfin Nouméa où je réside depuis plus de 40 ans. 21000 milles au total. Une furieuse  envie d'y retourner a pris corps. Le Japon à lui seul mérite un ou deux ans. L'Alaska et la côte ouest du Canada au moins autant sinon plus. C'est d'ailleurs là-bas que j'ai compris qu'un trawler était le bateau idéal. Pas de vent, une navigation en eaux calmes presque toujours abritées et pourtant des paysages à couper le souffle et des mouillages solitaires par centaines.

Pour réaliser ce plan quinquennal, il est nécessaire de « préparer » sérieusement notre trawler pour le rendre apte aux navigations hauturières. Après une première croisière côtière dans l'immense Golfe d'Hauraki au nord d'Auckland nous installons notre camp de base à Gulf Harbour dans une grande marina pourvue de toutes les facilités. John Beggs,  un génial boat builder Kiwi, qui aurait aussi bien pu s'appeler Mac Giver, se charge de coordonner les différents corps de métier afin de mener à bien les nombreuses modifications que nous avions décidé d'apporter à Jade.  Loué soit-il! Toutes ont eu pour but de renforcer la sécurité et l'autonomie (lire l’encadré sur les modifications entreprises au chapitre technique de "un trawler nommé Jade").

 

Nouvelle Zélande : Île du Nord et Île du Sud (et Stewart Island)

Nouvelle Zélande : île du Nord et Île du Sud + Stewart Island
Nouvelle Zélande : île du Nord et Île du Sud + Stewart Island
Nouvelle Zélande : île du Nord et Île du Sud + Stewart Island
Nouvelle Zélande : île du Nord et Île du Sud + Stewart Island

Nouvelle Zélande : île du Nord et Île du Sud + Stewart Island

                          LES DEBUTS DE JADE EN NOUVELLE ZELANDE  2013/2015

La Nouvelle Zélande est un des plus beaux terrains de jeu du monde pour les plaisanciers. Pour un  Européen, c’est une destination lointaine et méconnue. Encore que l'America's Cup est là pour rappeler que dans chaque "Kiwi" un marin sommeille. 

Pour nous, c'est un peu différent. Habitant en Nouvelle-Calédonie , la populaire Baie des îles, dans le nord de la Nouvelle-Zélande,  ne se situe qu'à 900 milles environ, soit un peu plus que la distance qui sépare Nice de Gibraltar.  Avec une nuance tout de même : la descente se fait pour l'essentiel  au près serré pour les voiliers et la houle quasi dans le nez pour les trawléristes, dans un alizé de 18 à 22 noeuds, ce qui,  forcément, en décourage certains. Pour notre croisière inaugurale à bord de Jade et avant d’entamer la remontée jusqu’au Japon, nous avons décidé de faire le tour du pays en allant le plus sud possible, à la pointe de l'île de Stewart par 47°20 Sud. La difficulté majeure du périple est indéniablement la région des fjords située au sud-ouest de l'Île du Sud. Les vents d'ouest y soufflent en tempête en particulier au niveau du Cap Puysegur, pointe extrême de la terre. Les dépressions polaires passent au large avec régularité et la grande houle d'ouest n'est arrêtée que par le Cap Horn qui pointe son nez  à 56° sud, à plus de 10000 milles dans l'ouest. Cela fait un sacré fetch ! Les paysages sont à couper le souffle et donnent un avant goût des canaux de Patagonie ou des fjords d'Alaska.

Quelques photos du Nord de l'Île du Nord

Kawau Island Golfe d'Hauraki. Mansion House en fond.

Kawau Island Golfe d'Hauraki. Mansion House en fond.

Wahieke Island , banlieue de Auckland.
Wahieke Island , banlieue de Auckland.
Wahieke Island , banlieue de Auckland.
Wahieke Island , banlieue de Auckland.
Wahieke Island , banlieue de Auckland.
Wahieke Island , banlieue de Auckland.

Wahieke Island , banlieue de Auckland.

Pêche, red snappers, huîtres , moules....
Pêche, red snappers, huîtres , moules....
Pêche, red snappers, huîtres , moules....
Pêche, red snappers, huîtres , moules....
Pêche, red snappers, huîtres , moules....
Pêche, red snappers, huîtres , moules....
Pêche, red snappers, huîtres , moules....
Pêche, red snappers, huîtres , moules....

Pêche, red snappers, huîtres , moules....

Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ
Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ
Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ
Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ
Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ
Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ
Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ
Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ

Baptême de Jade en Bay of Islands avec les Frères de la Côte de NC et NZ

Bay of Islands (Roberton Island), danse avec les dauphins.
Bay of Islands (Roberton Island), danse avec les dauphins.
Bay of Islands (Roberton Island), danse avec les dauphins.
Bay of Islands (Roberton Island), danse avec les dauphins.
Bay of Islands (Roberton Island), danse avec les dauphins.
Bay of Islands (Roberton Island), danse avec les dauphins.

Bay of Islands (Roberton Island), danse avec les dauphins.

Corromandel

Corromandel

Chez Bill Sellers (Bay of Islands)
Chez Bill Sellers (Bay of Islands)

Chez Bill Sellers (Bay of Islands)

Whangaroa

Whangaroa

Avant d’effectuer la descente plein sud par la côte ouest de l'Île du Nord, notre nav’ commence par une longue visite de sites du Golfe d'Hauraki, de la région de Whangarei et surtout de la Baie des Îles. On y trouve tous les jours un mouillage abrité. Avant le coucher du soleil c'est l’heure de la pêche au Red Snapper, un beau poisson à écailles prisé et facile à attraper avec un bon leurre. La taille minimale est passée en 2015 à 30cm pour 27 cm en 2014. Nous avons apposé sur l'arrière de Jade une échelle centimétrique avec la taille minimum de tous les poissons communs dans la région. J'avoue que le premier jour certains spécimens avaient plutôt la taille 2014, mais les jours passant et le nombre de prises augmentant, nous sommes devenus plus réglos ! Le rivage est ici couvert de moules et d'huîtres.  D’un coup de bouteille, on ramène aussi des quantités de coquilles St Jacques. En raclant le sable avec une sorte de râteau en plastique, ce sont les coques et les "pipis" (genre de palourdes) qui se ramassent en quantité. Bref, impossible de mourir de faim en Nouvelle Zélande à condition d'aimer les fruits de mer !

Nous visitons Waiheke Island, toute proche d’Auckland. Une île raffinée où les architectes s'en donnent à coeur joie dans le moderne et l'avant-gardisme. On y fait  aussi un excellent vin. Beaucoup d’Aucklandais ont fait le choix de vivre ici. Tous les jours, ils prennent un ferry ultra rapide pour rejoindre les quartiers d’affaire de la capitale, en une demi-heure à peine.

La navigation se poursuit par saut de puces  vers le nord :  Kawau Island et sa célèbre Mansion House, Whangarei Heads , un petit coin qui fait penser aux Marquises,  puis les mouillages abrités du nord de la Baie des îles. Mon préféré est celui de Roberton Island  où le point de vue depuis le sommet de l'île offre un panorama splendide.

 

Région de Nelson et Noël 2014 familial

Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .
Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .

Nelson (south Island) et ses environs. Noël 2014 en famille .

DIRECTION LE SUD ET NELSON 

Difficile de se décider à quitter une baie digne de notre Côte d'Azur (sans la foule) pour entamer une descente vers un sud plus froid et plus rude. La côte ouest de l'Île du Nord est inhospitalière, bordée d'immenses plages battues par une houle perpétuelle propice au surf. C’est un peu la côte Aquitaine mais sur des centaines de milles. Nous descendons donc d'une traite jusqu'à Nelson situé au nord de l'Île du Sud. 550 milles en deux jours et demi.

  La petite ville de Nelson est ravissante, réputée pour son microclimat et son ensoleillement exceptionnel. Nous en  profitons pour baguenauder en ville, le jour de son pittoresque marché. C'est à la fois une brocante et un lieu où se retrouvent artistes, peintres, sculpteurs, ferronniers. Ambiance cool et bon enfant. Nous visitons les environs et en particulier certains vignobles réputés  pour leur excellent Pinot Noir. Nos enfants et petits enfants viennent nous rejoindre pour les fêtes de Noël et c'est un immense plaisir de leur faire découvrir les mouillages de la Golden Bay à bord de ce navire qu'ils ne connaissent pas encore.

 

Navigation dans le Fjordland de Nouvelle Zélande

Thierry et Jacques , mes vieux compagnons.
Thierry et Jacques , mes vieux compagnons.
Thierry et Jacques , mes vieux compagnons.
Thierry et Jacques , mes vieux compagnons.

Thierry et Jacques , mes vieux compagnons.

Début Janvier un nouvel équipage arrive pour la croisière vers les Fjords. Jacques et Thierry nous rejoignent. On reconstitue l'exacte équipe de choc constituée en 2000 pour la croisière Ushuaïa / Falklands/ Georgie du Sud/ Tristan da Cunha et Cape Town.

Jacques est mon plus ancien équipier. Calédonien de naissance, il a une connaissance intuitive de la voile et de la navigation au large. Depuis 1977, il a participé à tous les convoyages de mes bateaux de La Rochelle à Nouméa.

Thierry, lui, est un citoyen de Fort Espagnol sur la rivière d'Auray, toujours sur l'eau quand ce n'est pas sur le Scotch du côté d'Islay, spécialiste incontestable des vieux gréements et de la belle plaisance.

 

De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.
De Milford sound à Cape Puysegur.

De Milford sound à Cape Puysegur.

EN ROUTE POUR LES FJORDS

Dès le départ de Nelson, Jade est mis durement à l'épreuve. La Baie de Tasman est un vrai lac, mais à peine nous franchissons la pointe extrême du Spit, un croissant de sable immense protégeant la baie de la houle du large,  nous subissons un vent de 35  nœuds contre un courant puissant, sous un ciel pur et sans nuage. La mer se forme rapidement. Elle est dure et très courte avec des creux de 3 a 4 mètres. C’est le baptême du feu pour Jade. Je pousse le régime pour le tester. Il réagit bien, alors que les lames nous submergent,  passant même par-dessus le fly. Quelques fuites apparaissent au niveau des portes "étanches". A traiter d'urgence ! En réduisant légèrement la vitesse autour de 6 nœuds, tout redevient confortable et le bateau reste maniable, permettant  une progression correcte vers le sud. La météo redevient clémente le lendemain, et le surlendemain, nous entrons dans Milford Sound, le Fjord le plus célèbre de Nouvelle Zélande avec ses 500 000 visiteurs annuels.

C’est l’un des rares fjords accessible par la route depuis Queenstown. Il se situe tout près de Mount Cook, le plus haut sommet de l'île, couvert de glaciers. Beaucoup de touristes. Trop à notre goût. Bien que ce fjord soit l'un des plus beaux, nous ne nous attardons pas. La route vers le sud se poursuit par des stops dans la plupart des immenses vallées glaciaires formant d’innombrables bras de mer profonds et d'une grande beauté. Les touristes ont disparu. Seuls quelques pêcheurs de langoustes viennent se mettre à l'abri. Ils nous approvisionnent en énormes crustacés bien vivants contre cigarettes ou bières. J'avoue qu'on n'y a jamais perdu au change ! Le spectacle est partout grandiose : hautes parois verticales, sommets enneigés, surface de l’eau couleur bronze, lisse comme un lac de haute montagne. On mouille souvent par grand fond. La seule bonne solution consiste à frapper à terre deux longs bouts. A Nelson, nous avions acheté en prévision  deux filins de 50 mètres en Dyneema de 16mm. Cette fibre au rapport poids/résistance colossal flotte à la surface, si bien qu'une hélice ne peut s'y prendre. D’ un coup d'annexe, on tire le bout jusqu'au rivage couvert d'arbres puis on le fixe autour d’un tronc à l’aide d’un bon nœud de chaise. La tenue du bateau pour la nuit est assurée.

Après une quinzaine de jours de cabotage dans les fjords  le Cap Puysegur est en vue. A quelques milles de la pointe, on s'amarre à couple d'une barge, mouillée en sécurité, à l’attention des pêcheurs. Nous écoutons avec attention les bulletins météo donnés à la VHF. Dans le coin, c'est un "storm warning" deux fois par semaine , un "gale warning" trois fois par semaine et du calme les deux jours restants. Profitant d’une bonne fenêtre, nous franchissons le cap sans vent mais avec la grande houle d'ouest venue de l'immensité de l'océan austral.

 

 

 

Quelques photos de la belle Stewart Island

Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...
Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...

Stewart Island, de toute beauté. La nature à l'état originel. L'abondance des fruits de mer: oursins, St Jacques, Huîtres plates de Bluff, praires ...

STEWART ISLAND

L'île de Stewart,  à 70 milles dans le sud-est est séparée de la grande île du sud par le détroit de Fovaux réputé pour ses tempêtes. Nous atteignons rapidement Oban, la capitale, devant laquelle nous mouillons à Half Moon Bay. C'est le début d'une nouvelle découverte qui mériterait un chapitre à elle seule. Cette île est une merveille. Couverte d'une belle végétation primaire où dominent de gigantesques fougères arborescentes, elle offre au navigateur de nombreux abris très sûrs. Nous partons rapidement pour Port Pegasus tout à l'extrémité sud-ouest de l'île . Il y a un peu de curiosité chez nous car nous avons tous à l'esprit l'extraordinaire exploit d’Yves Parlier.

Souvenez vous du Vendée Globe 2001. Le navigateur Français démâte en mer de Tasman. Il ne veut pas abandonner. Toute assistance en mer ou à terre serait synonyme de disqualification.  Sous gréement de fortune il met le cap sur Stewart et se réfugie au fond d'une baie. Il repartira 15 jours plus tard après être parvenu à rallonger son espar en carbone en inventant un four de fortune chauffé par des lampes électriques ! Sans le savoir sur le moment, nous mouillerons dans cette même baie.

Port Pegasus est un endroit magique dominé par une haute montagne de granit, érodée par la glace, il y a quelques millions d'années. Végétation intacte aux feuillages mêlant des jaunes intenses et des rouges vifs improbables. Le plus extraordinaire est l'abondance de mollusques et autres coquillages. Ici, les coquilles St Jacques se ramassent à la main à marée basse. Les roches de l’estran sont couvertes de moules, d'huîtres et d’oursins géants. Une sorte de Paradis, mais un Paradis qui se mérite car nous n'avons vu absolument personne durant notre séjour. La remontée vers Auckland s'est effectuée sans histoire en prenant le chemin inverse. La boucle est bouclée ! Jade regagne Gulf Harbour pour son grand carénage après 4 mois et demi de croisière 2660 milles au compteur et 360 heures de moteur.

 

 

 Les huîtres de Bluff

Le saviez-vous ?

Les Neo Zélandais de l’extrême sud de la Nouvelle Zélande élèvent les très chères huîtres de Bluff,  du nom du grand port du détroit de Fovaux. Ces dernières seraient en réalité d'authentiques plates du Belon. L'Histoire veut que des bateaux venus de Bretagne, lestés de blocs de granit qui se couvraient de naissains avant le départ, arrivaient dans le détroit de Fovaux où  ils déchargeaient leur lest pour embarquer de la marchandise à destination de l'Europe.

Les Kiwis prétendent l'inverse… Mais je  leur déconseillerais d'aller le dire du côté de Riec sur Belon ou de Prat ar Coum....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page